Bonjour à tous,

Voici ce qui sera probablement le dernier message de ce blog…

Tout d’abord, les kangourous sont des wallabies résidant au jardin des kangourous dans les environs d’Angers. Pas d’Australie, donc. Vous êtes quelques-uns à avoir pensé à un canular. Bravo à vous !!! Pour les autres, ceux qui nous ont félicités pour ce sursaut de voyage, pour ceux qui espéraient lire nos aventures du bout du monde, ce n’est que partie remise. Nos têtes sont pleines de projets, nous aimerions repartir – enfin, pas Nicolas – et l’Australie fait partie de nos désidératas communs. Le problème, hormis le refus de notre fils de redevenir nomade, réside, comme toujours, dans l’aspect financier. Mais bon, si nos généreux lecteurs veulent faire un geste en finançant une partie de notre prochaine escapade, qu’ils se sentent libres, nous sommes preneurs J. Pardon, en tout cas, à ceux qui ont cru au canular…

Nous avons passé notre dernière semaine en ‘pèlerinage’ chez d’autres voyageurs, sachant que ce serait une ultime occasion pour nous de partager le vécu du voyage tout en étant compris et en restant néanmoins intéressant pour notre entourage. Baloo a d’abord posé ses roues en Allemagne pour un court séjour chez nos amis allemands Bernd et Bärbel, rencontrés aux EAU et en Syrie et devenus nos modèles, en France ensuite avec les retrouvailles de deux familles. Les ‘Philéas’ que nous avions rencontrés en Turquie, aux EAU et en Syrie et qui vivent dans la région d’Orléans ; les ‘Theliot’ ensuite, rencontrés virtuellement un an avant le départ et retrouvés à deux reprises en Turquie. Une excellente semaine dont nous souhaitons garder les souvenirs pour nous seuls ! Ensuite, les routes commencent à se défoncer, les graffitis apparaissent sur les parkings d’autoroutes et les toilettes deviennent repoussantes… C’est un signe, nous arrivons en Belgique ! Le ciel est déjà gris, alors que le soleil brillait sur Angers. Bienvenue chez nous !!!

Moins gai, donc, nous sommes de retour. Quoique, les enfants sont tout fous…

Nicolas est ravi. Il a retrouvé ses ‘Légos’ qui lui manquaient tant. Il sème à qui mieux mieux ses jouets dans sa chambre pour marquer son territoire.

Romane danse presque sur place, elle profite de l’espace.

Silvio et moi, sommes là, tout bêtes à ne savoir que faire.

Heureusement, nos parents nous accueillent ainsi que quelques voisins et amis. Un point positif. Très important, ce soutien là. Capital, même !

Nous avions loué notre maison et elle nous revient quasiment intacte. Nous voici rassurés sur ce plan-là également. Elle est restée meublée, il ne nous reste plus qu’à vider les dizaines de caisses de livres, d’effets personnels, de jeux, …

La semaine passe vite, nous retrouvons Casimir, notre cochon d’Inde et nous sommes invités à gauche et à droite et invitons également. Nous en profitons au maximum car nous avons conscience que cet engouement pour nos modestes personnes n’est que passager.

Les enfants s’ennuient déjà : copains en vacances ou en stage pendant que les parents travaillent, grisaille et pluie, besoin d’être près de nous et de rester ensemble comme en voyage, flegme de vider et de ranger leurs caisses ou de sortir leurs affaires de Baloo.

Baloo, justement, est vidé dans les quarante-huit heures de notre retour. Presque plus de traces du voyage. Personne n’y retourne et, quand par hasard, on s’aperçoit que nous avons laissé dedans quelque chose dont nous avons besoin, on se chamaille pour ne pas avoir à aller le chercher dans le camion. C’est que retourner dans Baloo est compliqué. Que de souvenirs, que de moments partagés ! Des ‘bons’, meilleurs que les ‘bons’ d’avant et des ‘mauvais’ pires que les ‘mauvais’ d’avant. Car tout est vécu en puissance quand on est seuls à quatre pendant un an dans quelques mètres carrés. Peu de soupapes pour évacuer les pressions. Quant au fait que nous ayons le plus grand jardin du monde, cela nous fait juste prendre conscience que nous ne sommes rien.

La Belgique n’a pas changé en un an. Les gens râlent sur le climat qui est nul pour un mois d’août, critiquent les politiciens qu’ils ont eux-mêmes choisis, parlent foot et taille de haies. Nous avons été accueillis partout (sauf en Europe) mais ici, certains voisins rechignent quand nos enfants mettent un pied dans leur jardin, sans même se rendre compte que les leurs sont régulièrement chez nous. Nous avons d’autres amis. Ceux avec qui nous partagions tout avant sont parfois ceux qui ne nous ont pas adressé un seul mail en un an. Ceux que nous ne faisions que croisez dans la grande surface locale nous ont suivi avec grand intérêt. Cela donne lieu, naturellement, à un rééquilibrage. Nous comprenons que certains ne puissent pas s’intéresser au voyage mais acceptons difficilement que nous soyons devenus à ce point quantité négligeable à leurs yeux parce que nous avons pris la décision de partir et qu’ils ne peuvent pas la comprendre. Nous sommes ici mais encore trop loin d’eux. Cette année nous a obligés à reconsidérer un tas de choses, sur nous-mêmes, sur nos proches et sur les gens rencontrés. On a évolué et nos esprits se sont ouverts. Ici, rien.

Heureusement, on s’aperçoit bien vite que d’autres voyageurs et certains expatriés de retour en Belgique ressentent les mêmes choses que nous, bien que rentrés depuis plus longtemps. On se rassure ; nous ne sommes pas seuls. On s’inquiète ; si ils ne se sentent pas encore à leur place ici, combien de temps nous faudra-t-il ?

Le voyage en quelques chiffres :

-        384 jours et

35 990 kilomètres

hors Inde et Sri Lanka.

-        27 pays traversés dont 10 en Asie (Caucase, Proche-Orient et sous continent indien) et 17 en Europe (dont 6 déjà connus).

-        Près de 60 000 photos ou vidéos prises.

-        7 religions côtoyées : catholicisme, orthodoxie, protestantisme, islam chiite et sunnite, bouddhisme, hindouisme, sans compter les athées et les philosophes

Par rapport à Baloo, nous ne déplorons aucune crevaison et aucun problème majeur. L’entretien de base : eau de refroidissement, vérification des huiles, … Juste une panne de batterie lors de notre retour d’Inde et du Sri Lanka. Baloo ne semble pas avoir apprécié que nous le laissions un mois et demi seul. Il était pourtant en de très bonnes mains à Abu Dhabi. Pour ce qui est de l’intérieur de notre maison roulante, nous avons également dû changer les batteries et nous devrons remplacer la pompe à eau. Le frigo, qui faisait des siennes au début du voyage, s’est tenu à carreau les onze mois suivant.

Autre chapitre ; la santé. Rien de fâcheux et presque rien dans l’absolu. Bien moins qu’en Belgique, en tout cas.

Trois jours de douleurs abdominales et de diarrhées pour Nicolas en Turquie et la même chose pour Romane en Iran, une nuit où Silvio et moi avons été très mal sur le plan digestif aux EAU. Cela tout en ayant mangé dans divers restaurants en Inde et au Sri Lanka, du plus chic au plus glauque, en étant continuellement invités dans certains pays, en achetant nos viandes aux boucheries locales où cette dernière pend à des esses au milieu des mouches, … Quant aux piqures ou morsures d’insectes ou de serpents, rien en Asie, une piqure de taon pour moi en Slovaquie avec douleur atroce, gonflement, … et deux morsures d’araignées, toujours pour moi, en France, avec gonflement des deux mollets, œdèmes, douleurs et difficultés pour marcher. Sur le plan ORL, un rhume à déplorer dans le Nord de l’Iran, après être passés de quarante degrés à moins huit en vingt-quatre heures (soit le temps nécessaire pour retrouver nos vêtements d’hiver !). Ne sont donc pas forcément dangereux les pays que nous pensons.

A ce propos, nous cherchons à revendre nos boîtes de Malarone°, Paludrine°, Nivaquine° et Doxycycline°. Encore dans leur boite, non périmés et bien moins chers qu’en pharmacie.

La sécurité, enfin…

Certains m’ont reproché de critiquer la Belgique avant notre départ et de ne mettre en évidence que les points sombres de notre plat pays. L’idée n’était pas juste de critiquer mais de relativiser ce qui habite l’imaginaire collectif. La Belgique n’est pas le paradis, pas plus que la France. La petite ou la grande délinquance y est quotidienne. De notre côté, alors que des amis se faisaient cambrioler en Belgique et dans le BW, nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité dans les pays d’Asie. Nous nous sommes garés où bon nous semblait, nous avons logé chez des tas de gens, jamais nous n’avons été volé, agressé ou même ennuyé. Qui oserait, ici, faire de l’internet sur ses genoux, sur les bords d’un trottoir une fois la nuit tombée? Aux EAU, à Oman, en Jordanie, en Syrie, … c’est possible, nous l’avons fait. Qui se sent à l’aise à Bruxelles à minuit et à pieds ? Silvio n’a pas ressenti de crainte à cette heure là, seul, dans l’inconnue et tentaculaire ville de Mumbai. Certes, il peut y avoir des gens malhonnêtes ou dangereux là aussi mais nous pensons que ce qui effraie vraiment, ce ne sont pas les faits en eux-mêmes mais l’inconnu. Or l’inconnu fait moins peur une fois connu. Si vous lisez d’autres blogs ou sites de voyageurs, vous remarquerez que la plupart n’ont pas eu de soucis, si ce n’est de se faire cambrioler le jour de leur retour devant chez eux. Nous parlons de voyageurs, pas de touristes. Le terme ‘touriste’ n’est pas péjoratif, c’est juste qu’avec le voyage, on apprend et que les choses deviennent naturelles. On n’avait pas de chaussures ni de vêtements de marques, pas de montres voyantes, pas d’appareils photos dernier cri, jamais beaucoup d’argent sur nous, et le PC  c’était dans les pays presque cent pour cent sûr.

Reste le terrorisme, la police, les régimes dictatoriaux, … Combien ont eu peur pour nous en Iran ? Ou en Syrie ? Ou avant notre traversée avortée de l’Arabie Saoudite ? Par rapport au dernier pays cité, nous ne savons pas grand-chose sinon que les douaniers au poste frontière nous ont nourris et abreuvés durant toutes les démarches visant à nous obtenir une dérogation pour notre volant à droite. Pour la Syrie, si le gouvernement est sensé représenter le peuple, l’inverse est inexact. Les Syriens sont merveilleux et nombres de pensionnés Français ou Italiens l’ont déjà compris et sillonnent le pays en camping-car. Reste l’Iran. Nous ne nierons pas qu’il y a des problèmes et que ces problèmes génèrent une certaine tension chez le voyageur. Nous affirmons que la police et la milice sont présentes partout et vous contrôlent : la police militaire, la police de la route, la police des mœurs, … Nous confirmons avoir passé quatre heures dans divers postes à l’aller (pour des vérifications) et avoir eu un gros souci au retour mais… La majorité des Iraniens rencontrés ont été bons pour nous et nous ont aidés, rassurés, traduits les demandes, … Nous avons reçu des pop corn et du jus de fruits au poste pour nous faire comprendre que notre arrestation, certes spectaculaire pour des Occidentaux, n’était pas contre nous mais contre la menace occidentale en général. En Iran, il faut savoir où on met les pieds et les roues, ce qui est difficile pour qui ne lit pas et ne comprend pas le farsi. En Iran, surtout, il faut respecter les règles et ne pas se risquer dans les régions interdites ou dangereuses. En Iran, enfin, il faut accepter que les locaux nous perçoivent parfois comme la majorité d’entre nous perçoivent les Iraniens ici. Combien d’immigrés dans nos pays ne se plaignent-ils pas d’être contrôlés abusivement par la police ? En Iran, les étrangers, c’est nous ! Et les Iraniens ont autant d’informations erronées sur l’Occident que nous en avons ici de l’Iran. Bref, cela n’est pas prêt de s’arranger…

Non, l’insécurité, nous l’avons ressentie un peu en Albanie et en Bosnie-Herzégovine et également au Monténégro (coups de feux à côté du camion). En arrivant en Belgique, aussi, via l’autoroute Valenciennes/Mons où les parkings ne sont pas soignés du tout et ne donnent guère envie de s’y arrêter.

Notre petit bilan tout frais :

Nos coups de cœur :

R : Oman

N : EAU

F : l’Iran et la Syrie

S : l’Iran

Attention, coup de cœur ne signifie pas pays préféré ! Ces derniers sont difficile à déterminer car il y avait du bon dans chacun. Le coup de cœur va à celui qui nous a le plus surpris, le plus offert, …

Les plus belles natures :

R : Oman et Arménie

N : EAU

F : Sri Lanka

S : Sri Lanka                                  

                                       

Les pays les plus étonnants :

R : l’Inde

N : les EAU (oui, le petit fait une fixation sur ce pays !!!).

F : l’Inde

S : l’Inde

Les pays asiatiques les plus aimés, ceux où on souhaiterait retourner :

R : EAU et Arménie

N : devinez ? Les EAU, bien sûr !                                                                                                

F : Oman

S : la Syrie

Les pays les moins aimés :

R : l’Inde

N : l’Inde

F : ?

S : ?

Pas simple, on vous l’a dit, il y a du bon partout…

Les pays les plus accueillants :

Il y en a beaucoup…

L’Iran est champion toute catégorie, la Jordanie et la Syrie ainsi que les EAU et Oman se défendent très bien. En Europe, l’accueil est quasi inexistant sauf en Roumanie. Dans le Caucase, il existe bel et bien mais de manière moins prononcée et dans le sous continent indien, il n’existe que si vous êtes prêts à payer quelque chose… Ceci reflète notre vécu, pas forcément celui de tout le monde.

Les plus belles villes :

R : Damas

N : Dubai

F : Ispahan et Damas, Vérone et Venise en Europe

S : Ispahan et Alep, Vérone et Venise en Europe

Les villes les plus spectaculaires :

R:

Dubai

N:

Dubai

F:

Dubai

et Mumbai

S: Mumbai

Les animaux préférés:

R : les dromadaires et les faucons

N : les dromadaires et les chevaux

F : les dromadaires, les écureuils d’Inde et du Sri Lanka et les petits singes de ces deux pays

S : idem

Nos pauses’ nature’ préférées :

R : les wadis émiratis et omanais et le lac Sevan en Arménie

N : le wadi Shuweiyah à Oman et Palmyre en Syrie

F : le wadi Shuweiyah et le wadi rum en Jordanie

S : le wadi shuweiyah et le wadi rum

Vous noterez que pour une fois, on a tous un point commun ;-).

La nourriture préférée :

R et N : la nourriture des Emirats parce qu’on trouve de tout comme ici !

F et S : la nourriture indienne

Les moins bonnes routes :

En Europe, l’Albanie est championne.

En Asie, le titre est disputé par l’Inde, l’Anatolie orientale en Turquie, la Géorgie et l’Arménie.

Les bonnes surprises européennes (ben oui, quand même !) :

R et N : la Croatie

F et S : la Bulgarie et la Roumanie centrale

Un mot encore au sujet de l’  « Opération Crayons » : Cette dernière a connu son petit succès. Nous ne sommes pas toujours bien tombés par rapport aux dates de vacances scolaires compte-tenu que nous sommes restés longtemps aux EAU où les enfants n’ont pas besoin de grand-chose. Par ailleurs, être partis en Inde et au Sri Lanka en avion nous a limité dans nos bagages. Nous avons cependant distribué du matériel dans une école de Madurai en Inde, et dans celle de Sanahin en Arménie. Nous en avons laissé en Jordanie, dans le Wadi Rum, à Aliya et à Nadja pour partager avec leurs camarades d’école, en Syrie à des instituteurs chez qui nous avons été invités, dans la plaine turkmène iranienne au maire de Qareh Maker ainsi qu’au village d’enfants SOS d’Aqaba. Encore un immense merci à tous les donateurs.

En conclusion, nous aimerions dire que rien n’aurait été possible sans certaines personnes. Nous tenons à remercier un tas de gens mais avons peur d’oublier quelqu’un, nous préférons ne pas citer trop de noms…

Mais quand même :

Merci à toi, papa, pour tout !

Philippe et Rachida pour une partie du reste ;-)

Nos aides : Pranarom, Michelin, CBT, …

Les gens qui nous ont aidés pour le pare-choc, l’homologation, les conseils pratiques, …

Les voyageurs nous ayant précédés ou encore en voyage pour tous les filons et pour les infos fraîches.

Toutes les personnes nous ayant accueillis, logés, nourris, blanchis, … Ils sont très nombreux.

Le couple ayant accueillis Baloo et, du même coup, nous ayant permis de visiter l’Inde et le Sri Lanka.

Et vous, enfin, qui avez fait vivre ce blog en nous suivant et en nous laissant des commentaires.

Plein de mercis !!!!

Nous voulons tenter de garder les yeux ouverts et continuer à nous émerveiller sur ce que nous voyons, même si le fait de se réveiller chaque matin avec une vue différente et une nouvelle journée de découverte nous manque déjà.

En cadeau, nous vous laissons le plus beau regard que nous avons croisé ; celui d’Aliya.

P1450987

Silvio, Françoise, Nicolas et Romane revenus grandis et enrichis à défaut d’être revenus meilleurs ;-).

P1590388